Idriss Aberkane, ou l’art de faire l’inverse des leçon que l’on prèche

Publié par Niko_DdL le

Allez, je me suis amusé un moment à lister les problèmes de la séquence Aberkane chez Sud-Radio, rien que sur 10 minutes de séquence. 

La vidéo en question est une interview donnée à Sud Radio, pour l’émission Les Incorrectibles, intitulée L’exécutif a du sang sur les mains ». Dans cette interview Aberkane prétend « défendre Didier Raoult ».

Dans ce format « 10 minutes de Débunk » j’écoute la séquence et je l’arrête à chaque fois que j’ai un commentaire critique à ajouter. Comme c’est assez lourd à faire, je limite l’exercice à une séquence de 10 minutes, qu’importe que la vidéo soit plus longue. Ce n’est pas le débinkage complet qui compte mais l’exercice sur un échantillon, qui sert uniquement de démonstration.

Déjà Idriss Aberkane annonce dès le départ : on part sur une posture défensive annoncée, mais ça c’était prévu. Le principe de défense argumentative, c’est d’établir un argumentaire pour répondre aux attaques qui sont faites. On part des reproches pour y répondre… Soit.

1’30 » énumération du CV de Raoult selon une lecture essentiellement positive. Aucune critique n’est émise sur le personnage ni ses méthodes connues pour être discutables depuis quelques années maintenant (voir l’article de Médiapart paru cette semaine à ce sujet en accès gratuit ici https://drive.google.com/open?id=1oFxZeQsQJnz2TLTTVkpSdGC3tZrAhv_S, c’est sidérant). 

Au delà de l’établissement d’une figure faisant autorité dans son domaine, le journaliste présente le tableau de l’actualité par l’évocation des critiques uniquement sur ces études (de manière un peu superficielle), jamais sur le personnage de Raoult ou de ses méthodes. Mais comme c’est toujours mieux de s’attaquer au sujet qu’à la personne, c’est plutôt à son honneur… Toutefois, c’est contradictoire avec la suite.

3.00 Dès le départ, Aberkane part sur des notions universitaires et cite Bourdieu et Foucault. Ca fait ben mais il le fait en faisant une erreur fondamentale. Dans Homo Accademicus, Bourdieu prend pour sujet principale le traitement que des pontes universitaires infligent vis-à-vs de l’approche d’une notion académique par quelqu’un qui n’est pas du sérail… en l’occurrence, ce qui se passe, c’est exactement l’inverse : les quidams (nous) qui se mêlent du travail d’un ponte. 

3.45 Procès en irrationalité, sans élément.

Ensuite on passe à l’explication dudit « tabassage » par les fameux 3 médecins. 

On ne parle pas des conflits d’intérêts de Raoult (via Sanofi, qui commercialise le Plaquenil et finance l’IHU), mais on reproche aux 3 critiques de ne pas déclarer leurs intérêts… Double standard. ON parle donc du labo qui aurait a gagner si l’Hydroxychloroquine (HCQ) était déclaré non-efficace… mais pas de celui qui aurait le plus à gagner dans le cas inverse (bonjour le discours polarisé). 

5.40 On appuie bien sur la saloperie du labo en question sur des mises en ventes… mais Sanofi, c’est le Médiator et la Dépakine. On en parle ? Ah bah non… OK. 

6.00 On poursuit sur une des 3 personnes (ad hominem), soit disant motrices des critiques (perso, je ne l’ai pas attendu et je ne vois même pas qui c’est, mais passons). Aberkane se cite en exemple… mais ne dis pas s’il a des liens avec Sanofi… avec qui il a déjà travaillé (http://idrissaberkane.org/index.php/cv/). C’est bizarre de dénoncer les conflits d’intérêts en annonçant sa propore transparence à la cantonade et d’oublier de parler ce ça…
Non ? Bon, il est peut-être tête en l’air… mettons. 

6.55 On va pointer les conflits d’intérêt de BFM-TV… par une chaîne concurente donc. 2’ après avoir tiré à boulets rouges sur les conflits d’intérêts concurrentiels, c’est couillu…

7.25 Le journaliste vient pointer une intervention d’un prétendu lobby Pharma dans les affaires de Sanofi… mais Sanofi ne fait pas partie de ce lobby ? Et sur quels éléments de preuves ? Aucun, juste la suspicion que le produit ne soit pas assez cher…. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne puisse pas générer de bénéfices pour autant (qui à 2 sous de notions comptables fait la différence entre prix de vente et prix de reviens extrapolé sur un marché mondial)

8.00 On parle du mensonge et de la suspicion de mensonge e la Chine. Admettons, c’est une hypothèse qui fait consensus. Mais la suite est plus intéressante car on entre totalement dans la « machine Aberkane »

Il prend un fait avéré : « La première victime dans une guerre, c’est la vérité », le corolle à l’actualité « dès que quelqu’un dit que l’on est en guerre ça signifie que la vérité va être la première des victimes ». Le sous entendu c’est que, puisque Macron a dit que l’on était en guerre donc il va mentir ; ce qui est au mieux un syllogisme (« Tous les chats sont mortels, Socrate est mortel, donc Socrate est un chat »). Il fait une citation pour le décorum et énonce le principe de tout bon mensonge : un bon mensonge, il faut que ça ressemble à de la vérité, ou que ça contienne des parts de vérité. Mais ça n’en fait pas une vérité. Le mensonge le plus efficace étant la demi-vérité : le mensonge qui contient des informations vraies, avec une petite couche de formules de bon sens populaire (« un morceau de bœuf n’est pas un boeuf »). Toutefois, ça, ça tombe sous le sens. 

Mais après ça, il dit « donc je vais vous donner toute la vérité » 9’30, et poursuit sur l’intervention du journaliste qui le coupait avec une allusion aux effets secondaires…. 

Mais les conflits d’intérêts de Raoult ? Ils sont passés à la trappe ? Bon… 

Sans compter que les effets secondaires « bénins » du Plaquenil contiennent une dégénérescence de la rétine (comme dirait l’autre : « y en a qui devenaient aveugle, ça faisait des histoires ») et son aspect cardiotoxique (pouvant causer un truc bénin nommé «le décès du patient »). Alors, je reconnais que je ne sais pas de quels autres traitements parle Abrerkane à ce moment, et qu’il faudrait que je creuse cette piste, mais on est pas sur les effets secondaires du Doliprane. 

« Toute la vérité », qu’il disait… 

10’20 IA fait une allusion a la prescription en prévention du Palud. Prescription qui va de 200mg/jour à 600mg/jour. De ce que j’en sais, le traitement de Raoult préconise 1000mg/jour (en 2 prises de 500) d’un produit reconnu très dangereux à partir de 2g/jour. Donc on est certes 2 fois en dessous de la dose dangereuse, mais néanmoins 5 fois au dessus de la dose de traitement de fond « connue »…. Elle même pas exempte d’effets secondaires. 

(voir ici http://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/affichageDoc.php?specid=67767535&typedoc=N et il y a un petit jeu rigolo sur la probabilité des effets secondaires comparé aux risques de la maladie là : https://www.youtube.com/watch?v=7N4s6aQXrlc&feature=youtu.be

Une petite couche de « On vous ment en mettant l’accent sur des faits qui sont en morceaux, des faits qu’on a choisi, sélectivement en enlevant les faits qui dérangeaient » pas piqué des vers, et cloue son raisonnement en extrapolant les risques de la dose de 5 fois inférieure à celle du traitement. 

Je me suis arrêté à 10’49, et le reste n’est pas mieux. Ca passe par le complotisme, l’invocation des personnes qui meurent, la posture du rebelle, une anecdote de Patton (il disait quoi à propos de la guerre ?) etc….

Mais le plus important est là : de toutes les vérités énoncées dans cette intervention, car il y en a, aucune ne démontre l’efficacité du remède de Raoult. 

Ca n’expose jamais le fait que Raoult baigne également dans des conflits d’intérêts, ses méthodes discutables, dont ses protocoles Covid/HVQ sont loin d’être exempts… et ça n’y répond évidemment pas, de fait, alors que c’est bien le sujet des critiques sur ce sujet. 
On parle de TOUT SAUF de CA !

En somme, c’est un enfumage, une diversion.

Pour conclure je vais faire comme Aberkane et citer un grand ingénieur en neurosciences très connu : « Quelqu’un qui a aménagé des bouts de vérités pour essayer de faire son argumentaire en enlevant toutes les vérités qui peuvent déranger est quelqu’un qui vous ment ! » 

Et le plus formidable de tout ça, c’est que c’est lui-même qu l’avoue, dans cette intervention, à 9’17’’. 

Et c’est probablement là son plus grand talent, faire l’exact contraire des leçons qu’il prétend donner. 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *